cab42.christiaanweiler.net

architecture : strategy and design

maison mayaudon, bordeaux, fr


programme private residence renovation and extension (row-house) site rue mayaudon, bordeaux-bastide, france surface 109 m2 budget 80.000 eu HT € year 2012 phase design and permit client mr and ms galtier-weiler team cab42 + blandine galtier + b.ing ingénierie + cube ingénierie

after years of of considering, projecting, looking and dreaming. we've finally found a place that will be our own. a typical bordeaux 'échoppe' to which we will add half a floor on top. we suddenly only had a month to do the actual project, and to had in the permit drawings.


photo de la situation existante
le numéro 72 est la plus petite façade sur la droite de la photo




photomontage du projet
le projet est la surélévation d'un étage avec une construction bois, teinté marron-noir en référence des traverses de bois sous les chemins de fers dans les friches industrièlles un peu plus loin. [lire plus]




composants du projet
le principe de construction est fait pour des panneau contrecollée (clt de klh).



plan de l'existant
sur une parcelle de 125 m2 se trouve une échoppe de 72 m2, de plein pied, mitoyenne avec des murs et façades en pierre. il y a deux fenêtres et une entrée (1) sur rue vers le nord-est, et une veranda avec une salle de bains vers le jardin (2) orienté vers le sud-ouest. dans le jardin se trouve un abri (4) et une dépendance couverte (3).





project de rénovation
(1) entrée, (2) chambre, (3) wc, (4) buanderie, (5) salle à manger, (6) cuisine, (7) séjour, (8) jardin, (9) abri vélos, (10) atelier.

le projet est caracterisé par un ambiance mineral en rdc, avec les murs en pierre et un sol en plancher béton ciré (chauffage intégré)





l'extension
(11) salle de bains, (12) chambre.
l'extension est une surélévation préfabriquée en bois avec l'aspect bois visible à l'itérieur. ainsi l'étage amène un complément plus chaleureuse à l'ambiance minéral du rez-de-chaussée.





coupe longitudinale existante
le toit est supprimé et remplacée. la salle de bains dans le jardin est supprimée. les façades sur rue et sur jardin sont conservées.






coupe longitudinale projet
le rez de chaussée est rénové. le séjour est orienté vers le sud - le jardin. depuis le séjour une rélation immédiate est conçue avec un palier surdimensionné donnant accès aux chambres et salle de bains sur l'étage.





façade sur rue
les ouvertures existantes en rez-de-chaussée ont été recopiées pour la façade en étage. la surélévation est revetue de bardage bois. des volets ajourés coulissants obturent les fênetres si besoin.





façade arrière
la façade arrière à été conçue en deux parties. le rez-de-chausée est rénovée et adaptée pour donner un maximum d'apports solaires. l'étage à été conçu pour donner un maximum de ouverture sur le palier dans les proportions de l'escalier.






RENOVATION ET EXTENSION D'UNE MAISON INDIVIDUELLE MITOYENNE A BASTIDE / BORDEAUX

NOTICE ARCHITECTURALE

Pour le projet de l'extension de l'échoppe sur 72 rue Edouard Mayaudon à Bordeaux-Bastide, l'architecture cherche à maintenir en équilibre les trois aspects contextuels les plus important sur le site : 1) le caractère résidentiel des échoppes dans la rue, 2) les caractéristiques historiques de friche du quartier, et 3) l'annonce des transformations à venir des quartiers Niel et Brazza. La composition de la façade est en entier respect des rythmes des façades de la rue. Le matériau choisi en revêtement de la surélévation, le bois lasuré, est une expression des diverses utilisations de bois dans l'emballage et le fret, un matériau propre à l'histoire des friches de Niel et Brazza. La sobriété de l'expression, réduite à des gestes minimes de proportions et de texture, donne à l'extension un caractère propre et un style contemporain, ainsi démontrant un identité renforcé et un empathie avec le contexte architectural immédiat.

La rue Edouard Mayaudon est une rue perpendiculaire à l'avenue Thiers, donnant sur les friches industrielles ferroviaires. La ou avant passait les trains chargés de marchandises, s'annoncent aujourd'hui des projets de rénovation urbaine, pour le quartier Niel et pour le quartier Brazza. La rue qui donne actuellement sur un terrain vide, donnera prochainement sur un collège neuve du nouveau quartier. Le rencontre entre l'histoire et l'actualité va prendre forme dans la rue. L'échoppe en question, au 72 rue Edouard Mayaudon, est un simple échoppe dans une rue dominée par de doubles échoppes. Une caractéristique particulière est la présence des rez-de-jardins peu enterrés, et des étages de vie relativement hauts. L'échoppe au numéro 72 n'est pas composé de la même façon. Il est le plus petit d'un ensemble de 4 maisons de faible hauteur. Il est un exemple standard de l'échoppe simple, avec peu d'ornements, hormis sur la porte. La parcelle de 125 m2 a le jardin orienté au sud-ouest. La façade d'entrée est orienté au nord-est. Le programme de l'extension demandée, est 40 m2 de surface, à rajouter aux 70 m2 existants.

Il est inévitable que l'identité de la rue évoluera avec le dynamique de l'urbanisme en cours. Ce qui est actuellement un lieu ou les constructions historiques déterminent le caractère, se transformera en niche historique dans un quartier moderne. Si aujourd'hui il est intéressant d'annoncer l'arrivé du renouveau, d'ici 10 ans ils sera intéressant d'avoir conservé le peu de tissu historique à proximité de cette modernité. La particularité intemporel est engravé dans la morphologie urbaine : les filigranes des chemins de fer parallèles, et la distribution des rues perpendiculaires à ces voies. Quand les friches seront réellement effacées, que-est ce qui nous rappellera cette époque de fret? Que se soit avec une architecture de style historique ou moderne, l'identité du lieu mérite d'être mise en valeur avec des composants propre au lieu. Etant donné la faible dimension de l'échoppe et la parcelle en question, et afin d'éviter de consommer la surface du jardin, il est préférable de prévoir une extension par surélévation. L'extension prévue n'est pas possible dans le volume des combles. Une extension sera donc toujours remarquée. Un traitement architectural équilibré est important pour l'harmonie des façades de la rue, et le contexte urbaine et les données programmatiques amènent amplement de la matière pour faire un projet de qualité.

Un nombre de mots clés, issue des divers contextes du projet, ont été évalués pour trouver l'identité potentiel de la maison surélevée. La phrase permettant aux client de se reconnaître dans les bases du projet, parle des traces de l'activité historique, juxtaposés aux bases de (ville de) pierre calquer, et le désir de trouver une harmonie dans leur rencontre : "Ils posèrent encore une bûche sur le feu de l'industrie, et trouvèrent de la paix en fin." L'image du foyer au sens littéral se présente. La technique et l'économie du projet ont une logique qui, eux aussi, appuient cet image. La surélévation en structure bois, permettant une performance thermique accrue et un chantier rapide et propre, devient une évidence en tant qu'acteur dans la phrase clé. Le projet architecturale veux mettre en valeur les matériaux, pierre et bois en état 'brut', et composer leur cohabitation. Le rez-de-chaussée, réaménagé sur les bases de l'existant, avec une plancher chauffant en béton, des murs en pierre calquer ravalées et des plans de cuisine minéraux, sera le récipient de la surélévation bois. La surélévation, amenée et montée sur place en panneaux bois contre-collé croisé et préfabriqué, sera le complément architecturale à la fois rustique et moderne. Elle est posée entre les murs mitoyennes, survolant le rez-de-chaussée minéral, lui tendant la main avec une escalier suspendue dans le même bois contre-collé, sans y parvenir, ainsi maintenant le dualisme vivant étant partie intégrante du parcours architectural. Depuis le séjour, la vue sera soit sur le jardin, soit sur l'escalier en bois dans sa trémie, avec son parois plein recevant le soleil du sud. La façade, expression extérieure du projet architectural, est confrontée à la réalité urbaine, est fidèle au concept du projet sans vouloir imposer son discours à la rue. Ces proportions reprennent ceux de la façade en pierre du rez-de-chaussé. Sa teinte gris anthracite cherche à s'harmoniser avec les hangars - résidus d'une époque industrielle - lui donnant une touche de design contemporain, sans tomber dans un contraste anecdotique.

Matériaux Merci de vous reporter au plan de façades.

Surfaces Existant : L'échoppe existant compte : 1) maison 70 m2, 2) jardin 25 m2, 3) atelier 11 m2, 4) abri 7 m2 Projet : la maison surélevée compte : a) Maison 63 m2 (rdc ) et 41 m2 (r+1), b) jardin 35 m2, c) local rangement vélos et poubelles 7 m2, d) atelier 11 m2 (augmentation global = 34 m2)